Les Fêtes approchent ! Pensez aux cartes cadeaux de la Bulle !

La posture de la semaine : la posture de la Poule (Gallusa Paschasana)

 

Déjà Pâques et le mois d’avril ! Le temps passe décidément trop vite à la Bulle sans qu’on ait le temps de vous parler d’une posture chaque semaine. Rattrapons-nous vite avec cette posture au nom parfait après ce weekend chocolaté : la posture de la Poule (Gallusa Paschasana).

Cette posture d’équilibre trop peu connue est idéale pour se recentrer quand l’esprit est un peu trop agité en début de pratique, ou avant une série d’équilibre pour chauffer les chevilles et trouver son ancrage. Excellente contre-posture après des ouvertures de hanches, elle est parfaite aussi pour reprendre son souffle dans un enchaînement rapide en Vinyasa ou en Power Yoga, après la posture de la Guirlande (Malasana) ou du Lézard (Utthan Pristhasana).

La recette de Gallusa Paschasana

Selon l’intensité recherchée, on entre traditionnellement dans cette posture depuis Malasana (posture de la Guirlande) ou depuis Garudasana (la posture de l’Aigle).

Depuis Malasana, le poids du corps doit d’abord être également réparti sur le pied droit, talon relevé. Pensez bien à pousser chaque orteil dans le sol (même le petit doigt !), comme si des racines poussaient sous vos pieds. Le dos se redresse, on pousse le sacrum vers le sol et le sommet de la tête vers le ciel. Les épaules sont basses et détendues. La sangle abdominale doit être active et l’arrière du dos bien plein pour ne pas laisser le haut du dos s’affaisser dans la cambrure. Même chose depuis Garudasana, sauf que vous descendez lentement dans la posture en vous accroupissant tout en maintenant le dos droit.

Levez le bras droit et, tout en gardant l’épaule bien basse, positionnez le bord interne du poignet droit sur l’arrête de la tête et le bout des doigts de la main gauche sur l’épaule gauche. Choississez le mudra qui vous correspond aujourd’hui. Mettez de l’énergie et de l’intention dans vos mains et chacun de vos doigts.

Voilà, vous faites une bien belle poule.

 

Le secret : un regard concentré et un souffle apaisé

Comme dans toutes les postures d’équilibre, trouver un point fixe pour arrimer le regard est la clé de tout. Regardez vers l’avant, voire légèrement vers le haut plutôt que vers le sol, car vous risqueriez de tomber plus facilement vers l’avant. Pensez à respirer calmement, à allonger votre souffle. Le dos droit, le sternum haut et le ventre lâche, vous avez l’espace pour mettre en place la respiration complète : abdominale, par la poitrine et au niveau des clavicules.

Le corps tonique et énergique

Dans cette posture, vous êtes assis sur votre talon, mais le corps n’est pas relâché, au contraire, il doit être tonique. Vos bras sont toniques mais vos épaules détendues, les coudes dans le même plan que les épaules. Imaginez que vous roulez le biceps vers l’extérieur.

Vos jambes doivent être fortes également. C’est la pression de votre jambe gauche autour de votre jambe droite qui va vous aider à tenir l’équilibre. Les genoux pointent vers l’avant et non vers le sol.

Les chevilles et les pieds, surtout sont très importants dans cette posture. Appuyez fortement la boule du gros orteil dans le sol ainsi que chaque petit orteil. Bandez les muscles de la cheville d’appui comme si quelqu’un la serrait dans sa main. Elle doit être bien droite, surtout pas cassée vers l’intérieur ou l’extérieur, au risque de vous faire mal.

Pour aller plus loin

Il existe différentes variantes de cette posture pour défier votre sens de l’équilibre.!

Les bras peuvent prendre la liberté d’aller là où ça vous fait du bien, tendus vers ciel comme une poule qui bat des ailes ou accompagnant une torsion du buste, vers la gauche ou la droite.

On peut aussi tenter de tendre la jambe gauche devant soi et activer ainsi beaucoup plus fortement la sangle abdominale. Pas d’inquiétudes si vous ne tenez cette variante qu’une ou deux secondes au début. Petite astuce : vous aurez peut-être tendance à rapprocher le buste de la cuisse pour y parvenir, au contraire, c’est en conservant le dos bien droit, pour faire contrepoids vers l’arrière que vous arriverez à tendre la jambe et même, si vous le sentez, à la levez pour former un beau V avec votre corps.

Si l’équilibre vous le permet, vous pouvez essayer d’amener le menton vers les genoux, tout en conservant l’équilibre et le dos bien droit et en tirant le sternum vers l’avant, en Gallusa Picorasana. Détendez le ventre pour offrir à vos organes interne un massage doux, idéal après les excès du weekend pascal.

Voilà, donc une posture idéale pour ce début du mois d’avril, à pratiquer sans modération. Alliée à Matsyasana, la posture du Poisson, comme contre-posture, vous avez tout ce qu’il faut pour vous faire du bien entre deux chasses aux œufs de Pâques

A vos tapis ! 

 

 

 

Laissez un commentaire