Les Fêtes approchent ! Pensez aux cartes cadeaux de la Bulle !

Le yoga c’est pas pour moi, je ne suis pas souple !

 

Ah, on sait bien, le yoga c’est une pratique réservée aux contorsionnistes, faite pour se plier comme un bretzel en récitant des mantras en sanskrit… Vrai ? Et si l’on y regardait de plus près ?

La souplesse, pourquoi faire, d’ailleurs ?

Pouvoir fumer sa cigarette en la tenant entre ses orteils, ça impressionne en soirée mais au final c’est assez peu utile au quotidien…

Loin de chercher la souplesse pour l’esbroufe, la pratique du yoga cherche à étendre la gamme des mouvements qui s’offre à nous, et à en travailler l’amplitude. En effet, au quotidien nous demandons au général assez peu à notre corps, et réduisons les positions à un strict minimum : debout-assis-couché. Avec ce que cela peut avoir de dommageable : certains médecins estiment même que le plus grand fléau de notre époque, au même titre que le tabac (!), c’est la quantité de temps toujours croissante que nous passons assis. Au bureau, au volant d’une voiture, devant la télé ou un ordinateur.

Pour les sportifs, la souplesse est nécessaire pour limiter les blessures sur le long terme et diminuer les courbatures.

Or, même le moins souple d’entre nous possède un instrument dont il ne se sert que trop peu et qui recèle pourtant des trésors de mobilité.

Dirait-on « la muscu, c’est pas pour moi – je n’ai pas de muscles » ?

Possible, pour un premier cours de yoga vous vous trouverez peut-être désespérément raide. Et alors ? En yoga, pas de compétition, pas d’ego !

Vous serez par ailleurs peut-être surpris de constater que certaines postures vous sont tout à fait accessibles, même si d’autres demandent un peu plus de travail. Ce qui peut être une chance. Il y a là encore plus d’espace pour la progression, encore plus de mobilité à découvrir.

La souplesse est un chemin qui dépend de chacun, de notre génétique bien sûr mais aussi de l’histoire bien personnelle inscrite dans nos muscles, nos articulations, nos os.

C’est dans la tête !

 

A notre insu, notre état d’esprit s’inscrit chaque jour dans notre corps. Les épaules voûtées ou tendues, le cou bloqué vers l’avant, le bas du dos cambré ou douloureux, sont souvent autant de témoignages d’angoisses ou de tracas quotidiens et non verbalisés. Le yoga permet aussi de réapprendre à discuter avec son corps, à débusquer les tensions qui se sont insinuées en nous par le stress ou la fatigue.

 

Cela passe par le contrôle de la respiration, et tout simplement par le fait de prendre un moment pour porter son regard vers l’intérieur, pour se donner le droit d’entrer dans « sa bulle » . Un fois les nœuds musculaires libérés, les articulations retrouvent une amplitude de mouvement que l’on avait oubliée.

Allez : inspirez, expirez, insufflez un peu de relâchement dans ces articulations… C’est tout de suite plus facile, non ?

2 commentaires

  1. Johnf917 sur 28 novembre 2017 à 16 h 04 min

    I appreciate you sharing this article.Thanks Again. Really Cool. caeddgfcdfeg

  2. cathy voglimacci sur 16 mars 2018 à 15 h 36 min

    c’est convaincant
    help venez organiser un petit stage à Cazevieille (au pied du Pic St Loup)

Laissez un commentaire